Séance « La céramique modelée protohistorique et antique, entre Provence et Corse » – 09/03/2021

Pour cette séance en distanciel, les inscriptions sont obligatoires. Elles doivent se faire par e-mail à l’adresse ceramopole@mmsh.univ-aix.fr, vous permettant de recevoir une invitation Zoom pour vous connecter.

La huitième séance du Céramopôle aura lieu en distanciel sur la plateforme Zoom le mardi 9 mars 2021 de 16h30 à 18h30. Elle aura pour thématique la céramique modelée protohistorique et antique en Provence et en Corse, avec deux interventions :

La céramique non tournée de l’âge du Fer en Provence (VIIe s. – Ier s. av. J.-C.)

Par Frédéric MARTY (Métropole Aix-Marseille Provence / Territoire Istres Ouest Provence / Direction du Patrimoine Culturel)

Les vaisselles modelées de production indigène d’époque tardo-républicaine dans le nord-est de la Corse : technologie, typologie et diffusion

Par Kewin PECHE-QUILICHINI (ASM UMR5140, Univ. Paul-Valéry Montpellier-CNRS-MCC / INRAP Méditerranée) :

Les vaisselles non tournées tardo-républicaines (env. 220-20 av. J.-C.) de production locale du nord-est de la Corse ont récemment été l’objet de plusieurs publications. Leur intérêt est en effet multiple car les contextes sont mixtes et offrent une focale d’observation sur l’usage simultané de récipients tournés importés et de poteries modelées indigènes, sur un laps de temps limité à quelques générations. L’objectif de cette présentation est de faire connaître les principaux aspects technologiques et morphologiques définissant ces vaisselles corses.

Les caractères techniques de production sont tout à fait originaux pour l’époque car les chaînes opératoires illustrent souvent une évidente continuité avec des traditions préhistoriques plurimillénaires. Les matrices argileuses incluent presque systématiquement de l’amiante fibreux, intégré de façon volontaire pour servir de dégraissant. Ce matériau améliore la résistivité aux hautes températures et sa structure fibreuse fournit aux poteries une armature non rigide qui augmente sa résistance mécanique. La quasi-totalité de la production est réalisée à partir d’un façonnage par colombinage. Ce procédé est documenté par un nombre important de négatifs/positifs de jonction, par l’ondulation caractéristique de la surface des parois internes et par les modes préférentiels de fragmentation. Le traitement des surfaces présente une certaine récurrence. Pour l’ensemble du lot, les parois ont été lissées au doigt avant d’être, pour 87 % des vases, traitées au moyen d’un outil pectiniforme, sur une ou deux parois, selon des règles bien établies en fonction de la structure et du gabarit des vases. Certains portent des décors en creux définissant des formes géométriques simples. Ces décors sont toujours réalisés après les traitements au peigne.

Du point de vue des formes, une dizaine de catégories morphologiques coexistent selon des fréquences assez variées. On observe ainsi des gobelets, des bols et jattes, des pichets monoansés à profil sinueux, des plats ouverts, des pots ovoïdaux, des jarres, des couvercles et des profils à fonction particulière. Par l’analyse typologique, on cherchera à montrer que la mixité céramique des contextes est un vecteur de complémentarité fonctionnelle mais aussi économique, reflet d’une société indigène confrontée à un modèle méditerranéen globalisé qu’elle tarde à intégrer. Pour conclure, on proposera un commentaire et une interprétation à propos de la présence de ces vaisselles insulaires à Elbe, en Étrurie et en Ligurie, notamment à partir d’analyses archéométriques.

Séance 8/2020-2021 céramique modelée Provence Corse